Un journal purement révolutionnaire  
     Accueil    Download    Soumettre un article
  Se connecter 4 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.


Anarkhia FAQ (Questions fréquentes)
Catégorie : Principal -> Anarcho-Epistémologique

  

Question
Qu'est-ce que l'Anarchisme pistmologique?
Qu'elle est la thorie pistmologique de Paul Feyerabend?

Réponse

 Qu'est-ce que l'Anarchisme pistmologique? 

L'anarchisme pistmologique prsente deux aspects. C'est en premier lieu une thorie pistmologique proposant une description et une explication de l'volution des sciences et de la connaissance. Cette thorie est fonde sur l'ide que la science progresse essentiellement grce des phases de dsordres, d'anarchie et non sur les bases d'une progression mthodique et ordonne. C'est galement une philosophie politique qui s'inscrit dans le cadre de la pense anarchiste, et qui, en suivant un principe minimaliste : anything goes (tout est bon), assigne la pense, un espace de libert qui se veut le plus vaste possible.

Les thses de l'anarchisme pistmologiques sont rattacher aux travaux de Paul Feyerabend (1924-1994), pistmologue et physicien autrichien qui publie en 1975 un ouvrage fondateur : Contre la mthode. Esquisse d'une thorie anarchiste de la connaissance. Certaines des ides qu'il dfend sont cependant plus anciennes, puisqu'on peut faire remonter leurs origines des controverses qui ont accompagnes la naissance de la philosophie grecque.

Jusqu' une priode rcente, l'anarchisme pistmologique tait surtout connu des pistmologues, mais l'intrt toujours croissant port l'pistmologie par des penseurs issus de disciplines trs diffrentes (physique, sociologie), tend le populariser, si bien qu'aujourd'hui il occupe une place non ngligeable dans le monde scientifique. Sa place dans le domaine politique tant en revanche, aujourd'hui encore, considre comme anedoctique.


Haut de page

 Qu'elle est la thorie pistmologique de Paul Feyerabend? 

La thorie pistmologique de Paul Feyerabend s'inscrit dans une opposition mthodique et obstine la thorie falsificationniste de Karl Popper. Paul Feyerabend est trs clair l dessus, et les critiques qu'il adresse Karl Popper (qu'il a par ailleurs longuement frquent), et plus gnralement certains scientifiques, sont parfois assez directes. Mais contrairement ce que l'on croit parfois, l'anarchisme pistmologique ne rejette pas ncessairement la mthode falsificationniste. La critique de Paul Feyerabend concerne en fait :

  • Le monopole qu'elle a acquis dans le domaine scientifique et sa prtention se poser comme la meilleure mthode qui soit. Paul Feyerabend critique donc l'aspect rducteur de la thorie falsificationniste et dfend le pluralisme mthodologique. Il existe selon lui une trs grande varit de mthodes diffrentes adaptes des contextes scientifiques et sociaux toujours diffrents.
  • Il critique la place que le falsificationnisme accorde la Science, en en faisant l'unique source de savoir lgitime, et le fondement d'une connaissance universelle qui dpasse les clivages culturels et communautaires.
  • Il critique son manque de pertinence pour dcrire correctement la ralit du monde scientifique et des volutions des discours et pratiques scientifiques.
    Cette dernire critique porte sur divers points qu'on peut regrouper en deux grands ensembles :

  • Pour Paul Feyerabend, l'erreur de Karl Popper est d'avoir ignor ou sous-estim les liens troits qui existent entre les sphres politiques et sociales et la sphre du savoir scientifique. Ds lors, partant ainsi d'une image tronque et simpliste du scientifique et de son environnement institutionnel, le popprisme dbouche sur un modle abstrait qui ne correspond que de trs loin la ralit, et qui ignore l'importance de la diversit des pratiques scientifiques, le rle de la communication du savoir, et de la sensibilit artistique et motionnelle dans l'laboration du savoir scientifique.
  • Paul Feyerabend affirme que la thorie volutionniste dveloppe par Karl Popper ne dcrit pas et n'explique pas correctement les changements qui se produisent dans le discours scientifique, l'accumulation des thories tant trs loin de suivre le schma volutionniste popprien. Pour le dmontrer, Paul Feyerabend dveloppe trois grandes familles d'arguments.
  • La science n'volue pas suivant un schma de progression linaire et cohrent dans lequel une thorie plus performante en remplace une autre moins performante, mais en fonction de longues ou brves phases de dsordres, qui rompent avec la rigidit institutionnelle et qui instaurent un tat d'anarchie o les fondements traditionnels d'une ou plusieurs disciplines sont remis en cause, et o des thories dominantes sur le plan institutionnel laissent place une prolifration de thories varies, qui se juxtaposent, s'allient, collaborent ou entrent en conflit.

  • Durant les phases de dsordres ou d'acalmie, des thories fausses peuvent tre acceptes, des thories non prouves galement, et de mme des thories non falsifiables (par exemple la thorie des cordes). De plus, les changements de thories sont loin de se plier un schma de falsification binaire . Une thorie qui ne correspond pas aux faits peut tre conserve pour diverses raisons, et la falsification de certaines propositions au sein de la thorie n'implique pas ncessairement le rejet de la thorie dans son ensemble. Par exemple, les scientifiques peuvent s'accrocher des thories primes, quitte plier les faits pour les conserver. Sur ce point, il faut noter que Paul Feyerabend se dmarque les ides de Thomas Kuhn selon lesquelles il y aurait incompatibilit des paradigmes entre eux. Pour lui, il existe des cadres d'interprtation naturelle, sorte de prismes qui nous permettent d'apprhender notre environnement, sur lesquels se construisent les thories, et qui sont transmis par la tradition. Les propositions scientifiques ne trouvent alors leur pleine porte explicative qu' l'intrieur de ces cadres. Toutefois, des propositions, des concepts peuvent migrer d'un cadre un autre ce qui implique que les relations entre les diffrents cadres d'interprtation naturelle sont relativement poreuses et mouvantes. Il n'y a pas d'incompatibilit stricte.

  • D'anciennes thories peuvent tre remises au got du jour, des thories rcentes peuvent tre rejets au profit d'anciennes, et gnralement, plusieurs thories sont prsentes simultanment (des scientifiques continuent croire des thories juges fausses par la majorit des chercheurs). Il est donc impossible d'tablir un lien dfinitif entre la progression chronologique des thories et leur porte explicative.

    La conclusion que tire Paul Feyerabend de sa critique du falsificationnisme, c'est que l'adhsion aux thories scientifiques dpend pour une part importante des rapports complexes qu'entretiennent les scientifiques entre eux. Paul Feyerabend rintroduit donc la pense scientifique dans son environnement social, et lui permet ainsi de se dgager des prsupposs universalistes qui risqueraient de la sclroser.

    Il faut alors remarquer qu'en insistant ainsi sur les relations privilgies entre la Science et le corps social, il relativise invitablement la supriorit et le prestige de la Science occidentale. Toutefois, l'pistmologie de Paul Feyerabend n'est aucun moment un abandon de l'esprit scientifique. Bien au contraire. Il semble plutt que le pendant de sa dnonciation d'une Science toute puissante, soit l'apologie d'une Science modeste et alternative; une Science ouverte, libre et tolrante, qui ne tente pas de dominer les autres formes de pense en s'imposant par de fausses vidences; une Science fonde sur la libre adhsion aux ides et aux mthodes; une Science peu hirarchise; une Science en tant qu'Art.

    Au bout du compte, Paul Feyarabend dfend bel et bien une Science anarchiste. En effet, la volont qui anime les scientifiques de faire connatre leurs ides et de les imposer parfois envers et contre tout, les moyens qu'ils se donnent ou qui leur sont donns en terme de propagande scientifique, leur capacits remettre systmatiquement en cause des thories qui semblent acquises, et plus simplement, la perfection du systme nerveux humain, suffisent assurer une relative cohrence et une dynamique adaptative la pense scientifique. Nul besoin donc, d'une mthode unique et coercitive qui dominerait les institutions scientifiques pour assurer la richesse et la perfectibilit de la Science. L'ordre scientifique peut fort bien exister sans le pouvoir. Mais Paul Feyerabend va plus loin. Il affirme en effet que sans ces phases de dsordres et d'anarchie qui ponctuent l'volution des sciences, sans cette diversit de la pense, sans cette indtermination des objectifs et des mthodes propre la Science, une telle dynamique serait probablement impossible. En somme, si la Science devait se plier au falsificationnisme, cela signerait son arrt de mort. Car elle deviendrait alors incapable de progresser dans des directions qu'il nous est aujourd'hui impossible d'anticiper.


    Haut de page





  • Temps : 0.0185 seconde(s)