Un journal purement révolutionnaire  
     Accueil    Download    Soumettre un article
  Se connecter 8 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.


Anarkhia FAQ (Questions fréquentes)
Catégorie : Principal -> Marxisme

  

Question
Qu'est-ce que le Maoisme?
Qu'elle sont les critiques théoriques apportés au Marxisme?
Qu'est-ce que le marxisme a influancé?
Qu'est-ce que le Stalinisme?
Qu'elle est l'histoire de la Révolution et de l'Internationale?
Qu'est-ce que le Marxisme?

Réponse

 Qu'est-ce que le Maoisme? 

Le maoisme est l'héritier du stalinisme et du marxisme-léninisme. Il existe encore aujourd'hui sous différentes formes, la principale étant le régime de Corée du Nord. Au début du XXI siècle, le maoïsme se présente surtout sous la forme de mouvements de guérillas, principalement implantées au Népal et en Amérique du Sud (en particulier au Pérou avec le célèbre Sentier Lumineux de Abimaël Guzman), mais aussi en Turquie, au Kurdistan, et en Italie (Brigades Rouges). De nombreux partis politiques se réclament aussi du maoïsme un peu partout dans le monde.


Haut de page

 Qu'elle sont les critiques théoriques apportés au Marxisme? 

Depuis Ludwig von Mises, il existe une critique de la théorie marxiste sur le plan théorique, qui entend démontrer les contradictions internes de la théorie économique imaginée par Marx. Cette critique peut principalement se résumer en une démonstration mathématique mettant simplement en relation les éléments de la théorie marxiste :

Soit V le "capital variable" correspondant aux salaires et C le capital constant correspondant aux machines, outils, bâtiments, terre, etc. Soit encore pl, la plus-value tirée par le patron du travail des salariés. On définit E, le taux d'exploitation par l'équation E = pl/V, et P, le taux de profit par l'équation P = pl/(C + V). La composition "organique" du capital de l'entreprise considérée est définie par l'équation K = (C + V)/V.

A l'aide de ces différentes équations, on peut exprimer le taux de profit (P) en fonction de la composition organique du capital (K) et du taux d'exploitation (E). En effet, pl = V.E ; P = V.E/(C + V) ; donc P = E/K.

Or, dans les conditions de concurence parfaite qui est le cadre de référence de Marx, le taux d'exploitation (E) et le taux de profit (P) sont les mêmes dans toutes les branches de prodution quelle que soit la composition organique du capital. Or la dernière équation montre que si la composition organique du capital (K) varie de branche à branche ou d'entreprise é entreprise, le taux d'exploitation étant donné et partout le même, le taux de profit (P) varie de branche en branche ou d'entreprise à entreprise. Ce qui est impossible.


Haut de page

 Qu'est-ce que le marxisme a influancé? 

Parmi les courants se revendiquant du marxisme, le plus important du milieu des années 1920 jusqu'aux années 1980 est le stalinisme, bien qu'il s'agisse d'une idéologie contraire à la pensée de Marx. La différenciation entre "stalinisme" et "marxisme" est fondamentale pour comprendre de quoi il s'agit.

Quoi qu'il en soit, "patrie du communisme", l'URSS est sollicité par certains mouvements révolutionnaires pour les aider, et réciproquement se sert d'eux en fonction de ses objectifs propres, tantét en les aidant, tantôt en les négligeant voire les contrariant.

Elle a considérablement influé sur diverses révolutions qui ont éclaté au cours du XXieme siècle : Chine, Espagne, Grèce, Vietnam, Cambodge, Corée, diverses révolutions anti-coloniales... à compter du début des années 1960, son influence continue même si la Chine communiste n'est plus partie négligeable, et si de nombreuses révolutions échappent sans cesse davantage à son contrôle direct surtout en Amérique latine (Cuba, Nicaragua, Salvador, Grenade).

Dans les Pays de l'Est, l'URSS impose des régimes staliniens à la faveur de l'occupation par l'armée rouge suite à la Seconde Guerre mondiale. Cependant les bureaucraties se voient contestées par la classe ouvrière elle-même. En Hongrie en 1956 et en Tchécoslovaquie en 1968, la contestation gagne jusqu'aux partis communistes mêmes. En Pologne, déjà secouée par des révoltes ouvrières en 1956 et 1970, le succès de Solidarnosc en 1980 relance les questions d'autogestion et de contrôle ouvrier, ainsi que les questions de liberté de culte.

En URSS, alors que Khroutchev avait enfourché le cheval de la dénonciation des crimes de Staline pour accèder au pouvoir, il en est chassé en 1964 par Brejnev, suite à son échec dans la crise des fusées de Cuba.

Après la mort de Brejnev en 1983, le régime montre ses limites en terme de production : alors que dans les années 1960 on croyait généralement qu'il allait, voire qu'il avait, dépasser(é) les états-Unis, la sombre réalité économique apparait. La guerre d'Afghanistan est un échec.

La direction du Parti communiste d'URSS choisit d'ouvrir une période libérale sur le plan de l'expression (la Glasnost), mais elle est rapidement dépassée par les événements et l'ouverture continue d'abord sur le plan idéologique, puis sur le plan politique, et enfin sur le plan économique.

La période s'achève par l'abandon du système capitaliste étatique au profit d'un retour au capitalisme libéral. La réalité de la "collectivisation" se révèle : la Nomenklatura du régime, maîtresse de facto des richesses du pays dans la période précédente, les privatise de jure à son profit.

La plupart des régimes staliniens s'effondrent ainsi avec la fin de l'URSS.


Haut de page

 Qu'est-ce que le Stalinisme? 

Se revendiquant formellement du marxisme, les staliniens dirigèrent de façon dictatoriale un certain nombre d'Etats : URSS, Chine populaire, RDA, Albanie, Corée du nord, etc. Ces régimes n'ont aucun rapport avec la définition du communisme, qui ne peut être que mondial, et qui caractérise une société sans salariat, sans classes et sans états. Le maoisme est une variante du stalinisme.


Haut de page

 Qu'elle est l'histoire de la Révolution et de l'Internationale? 

Les partisans de la Révolution d'Octobre se regroupent au sein de l'Internationale Communiste (IC ou Comintern) dans le but de transformer la Révolution russe en Révolution Mondiale. C'est une des périodes les plus actives du mouvement communiste, car à ses débuts (les quatre premiers congrès) l'IC rassemble des militants venus d'horizons divers, aussi bien de la gauche sociale-démocrate que des syndicalistes-révolutionnaires ou des mouvements anti-coloniaux. En outre, la révolution d'Octobre s'attire un vaste mouvement de sympathie de la part de nombreux intellectuels et artistes (Surréalisme entre autres) à travers le monde entier.

Après avoir remporté la Guerre civile russe en exterminant l'armée blanche pilotée par la noblesse russe et aidée par certains pays (France, Angleterre), en 1921 le parti bolchévik, dirigé par Lénine, abandonne le Communisme de guerre pour instaurer la NEP (Nouvelle politique économique) afin de reconstruire le pays dévasté par la guerre depuis 1914 et mettre la main sur les Soviets vidés par les pertes sur le champ de bataille et la famine due à la guerre et aux réactions des paysans (on leur prend leur grain : ils le cachent et ne le sêment plus ; on leur prend leurs fils, leurs animaux pour la guerre : il ne peuvent plus cultiver) et à l'action de guerre de l'Armée Rouge contre l'Ukraine, anarchiste (qui pourtant avait aussi combattu les armées blanches).

Mais le dogme de la propriété collective fait naître la planification centralisée, tandis que le contrôle - du parti - sur l'état provoque un doublement des lignes de commande. Le tout provoque un fort développement de la bureaucratie, encore accentué par un appareil répressif toujours nécessaire et justifié par l'existence de marchés noirs. La société soviétique est instable.

Après la mort de Lénine, le mouvement s'amplifie. Trotsky, rejoint plus tard par Kamenev et Zinoviev, s'oppose à Staline, soutenu par Boukharine. Staline oppose à la Révolution mondiale le socialisme dans un seul pays et - la Révolution permanente la Révolution par étapes et considère la bureaucratie comme un moindre mal, avant d'en devenir le leader incontesté.

Après l'écrasement physique par Staline de l'Opposition de gauche - trotskyste -, le mouvement communiste d'URSS et la IIIe Internationale se transforment en outil au service des staliniens.

Trotsky, exilé, continue de lutter contre Staline et fonde en 1938 la IVe Internationale, avant son assassinat par Ramon Mercader (agent du GPU, ancêtre du KGB, et héritier de la Tcheka que Trotsky avait contribué a fonder). En dehors de l'Amérique latine et du Sri Lanka, les trotskystes resteront groupusculaires jusque dans les années 1970.

Ils ne sont pas les seuls dans cette opposition, mais ni les bordiguistes, ni les luxembourgistes ne donnent naissance à un mouvement international organisé.


Haut de page

 Qu'est-ce que le Marxisme? 

Le marxisme est le courant philosophique et politique se réclamant des idées de Karl Marx (et dans une moindre mesure de Friedrich Engels). Il est issu à la fois du matérialisme, et d’une interprétation critique de la philosophie de Hegel. Il repose sur une conception matérialiste de l'Histoire.

La pensée de Marx se veut à la fois une philosophie, une sociologie, une analyse économique du capitalisme, une science politique, et un projet révolutionnaire.

Pour Karl Marx et Friedrich Engels, « l'histoire de toutes les sociétés humaines n'est que l'histoire de la lutte des classes ». Outre la préhistoire, que Marx et Engels analysent comme une forme de communisme primitif, ils distinguent au cours de l'Histoire trois autres « modes de production » (en définissant un mode de production comme la conjonction de « forces de production » et d'une « organisation sociale », ou « rapports de production »)  : l'esclavagisme, le féodalisme et le capitalisme. Il en évoque aussi un quatrième nommée « mode de production asiatique » ou MPA.

Pour Karl Marx, ces différents modes de production correspondent à des conditions matérielles déterminées historiquement. Le développement des moyens de production modifie les conditions économiques, celles-ci conduisent à une perception différente du monde, et amènent de ce fait au pouvoir, à terme, de nouvelles classes sociales qui modifient à leur tour les rapports et les modes de production, etc.

En s'emparant des moyens de production, la bourgeoisie a renversé le pouvoir féodal mais aurait en même temps créé une nouvelle classe sociale, le prolétariat, qui porterait en elle à la fois le renversement de la bourgeoisie et du capitalisme, mais aussi l'instauration de la future société socialiste et du communisme. Marx insiste toutefois que cette instauration n'a rien d'automatique ni d'inéluctable : les conditions existent, mais il dépend des hommes de les saisir ou non. Pour cette raison, il préconise la lutte politique.

Les thèses de Karl Marx ont évolué avec le temps. Par exemple, en 1848, les conditions économiques et sociales lui ont fait proposer la dictature du prolétariat. Sur la fin de sa vie, Karl Marx lui-même commençait à renoncer à ce projet et voyait plutôt se former une voie pacifique d’abolition révolutionnaire du capitalisme.

Les méthodes d'analyse de Karl Marx se basent sur des descriptions approfondies de l'histoire économique et sociale. On peut penser qu'il serait contraire à cette méthode que de chercher à appliquer à la lettre ce que propose Karl Marx, sans tenir compte des modifications structurelles de la société. Au contraire, il conviendrait, en s'inspirant de ses textes, d'analyser la situation économique et politique de notre temps et de chercher à remédier à ses défauts.


Haut de page





Temps : 0.0284 seconde(s)