Un journal purement révolutionnaire  
     Accueil    Download    Soumettre un article
  Se connecter 3 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.


  Posté le jeudi 09 janvier 2014 @ 03:21:03 by blackcat
Contributed by: blackcat
Dimanche 5 janvier vers 10h du soir, deux groupes d'individus habillés de noir ont attaqué avec des pierres et des molotovs le bâtiment du ministère des communications et des transports de la ville de Mexico et un concessionnaire Nissan situé non loin, causant des dégâts au bâtiment et à plusieurs voitures.

Mexico : trois compagnon-ne-s arrêté-e-s suite à une attaque


VOIR:
http://montreal.mediacoop.ca/video/soutien-financier-n%C3%A9cessaire-pour-les-camarades-em/20769

repris de Non Fides

Lors de l'attaque contre le ministère, la police fédérale qui surveillait le bâtiment a tiré d'abord en l'air puis à plusieurs reprises contre les compagnons, mais blesser personne.

Au parquet général (PGJ-DF), trois personnes sont en garde-à-vue :

Fallon Poisson, d'origine canadienne
Amelie Pelletier, d'origine canadienne
Carlos Lopez Martin, d'origine mexicaine

Tous trois sont des compagnon-nes anarchistes liés à différents projets et initiatives en affinité.

Jusqu'à présent, la seule accusation est celle de dégradations, évaluées entre 50 et 150 000 pesos [10 000 euros].

Alors qu'on pensait dans un premier temps que les deux compagnonnes canadiennes sortiraient sous caution et seraient expulsés, on apprend que le tribunal fédéral a décidé la prison préventive pour tous les 3, qui ont donc été transférés à la PGR (Parquet général de la République).

Jusqu'à présent, ce dernier n'a voulu relâcher aucune information aux avocats, la seule chose que nous savons est qu'ils sont en train d'établir les accusations contre les compagnons. On ne connaît pas non plus ce qui adviendra des deux compagnonnes canadiennes, le consul de ce pays n'ayant pas donner d'autres infos.

Un rassemblement solidaire est prévu aujourd'hui mardi 7 janvier devant la PGR, au métro Camarones, à 15h30.

Pour toute lettre de solidarité, salutations, soutien économique et informations, merci de contacter ce mail :
fuego_a_las_carceles@riseup.net

D'après les communiqués du Collectif informel anticarcéral Liberté pour les prisonniers !.
Ville de Mexico, 6 janvier 2014

[Traduit de l'italien de informa-azione,  par Brèves du désordre.]


articles relatifs :

  1. Mexique : lettre du compagnon Mario López (Tripa) à sa sortie de prison
  2. Chili : le compagnon Hans Niemeyer condamné à 5 ans de prison
  3. Mexique : Revendication de l'attentat à la bombe à Mexico et Toluca, en solidarité avec Mario Gonzáles
  4. Indonésie: Mise à jours à propos de trois camarades en prison
  5. Des activistes forcent la fermeture de trois stations-service de BP au Royaume-Uni

SOURCE: http://www.sabotagemedia.anarkhia.org

---------------------------------------

SOLIDARITÉ AVEC NOS CAMARADES DÉTENUES AU MEXIQUE!!

Nouvelles urgentes : trois camarades anarchistes arrêté-es et détenu-es dans la ville de Mexico font présentement face à des accusations de destruction de propriété et possiblement de crime organisé, de sabotage et de terrorisme.

>> Pour faire un don au Fonds de soutien de nos camarades, cliquez ici.

Appel à la solidarité internationale ce vendredi, le 10 janvier, et vendredi prochain, le 17 janvier.

Dans la nuit du 5 janvier dernier, Carlos, un camarade du Mexique, ainsi qu’Amélie et Fallon, deux camarades du Canada, ont été arrêté-es dans la ville de Mexico en lien avec une attaque au cocktail Molotov sur le secrétariat des Communication et des Transports et sur un concessionnaire Nissan. Depuis cette date, tous trois sont détenus et leurs communications avec quiconque, incluant leur avocat, sont limitées. Amélie et Fallon ont également été visitées par les services consulaires canadiens. Faisant face à des accusations de destruction de propriété, il et elles pourraient bientôt faire face à des accusations supplémentaires de sabotage, de crime organisé et de terrorisme. Si ces accusations sont bel et bien déposées, la libération sous caution sera impossible et la déportation pour les deux camarades canadiennes, très peu probable. Tous trois risquent plutôt d’être détenu-es jusqu’à leur procès sans possibilité de libération. En raison des possibilités d’accusations régies par la loi anti-terroriste, les services de renseignements mexicains peuvent prolongés de 48 heures la durée de détention sans que les accusations ne soient finalisées. Cette prolongation a déjà été accordée, et peut être renouvelée à plusieurs reprises.

Ces accusations arrivent à la suite d’une intense répression de l’État mexicain à l'endroit des anarchistes, notamment par des attaques répétées contre des manifestations et par la torture de camarades arrêté-es, dont le cas de torture et de déportation de Gustavo Rodriguez et l’interdiction d’entrée d’Alfredo Bonanno. L’État tente à présent de monter un récit, celui d’étrangers qui viendraient au Mexique pour y provoquer des perturbations, ignorant et gommant de cette manière une riche histoire de lutte anarchiste contre l’État dans ce pays. Dans les dernières années, la lutte anarchiste insurrectionnelle s’est intensifiée dans la ville de Mexico. Les attaques à la bombe incendiaire sur des banques et des églises, parmi d’autres institutions de domination, se sont produites fréquemment, et la solidarité avec les anarchistes insurrectionnel-les du Mexique et d’ailleurs a été au centre de ces différentes actions. Nous devons reconnaître que la répression et la pénalisation auxquelles font face nos camarades survient dans ce contexte particulier.

Indépendamment de la culpabilité ou de l’innocence de ces camarades, nous tenons à exprimer notre solidarité, notre complicité et un puissant désir de voir ces attaques contre l’État et le capital se multiplier. En vérité, les canadiennes causant présentement le plus de perturbations au Mexique sont les entreprises minières et les technologies militaires, celles-là même qui exploitent les terres autochtones au Canada et ailleurs dans le monde. Étant donné que l’exploitation capitaliste et la misère n’ont pas de frontières, la lutte contre le capitalisme et l’appareil d’État ne doit pas s’arrêter aux frontières nationales. Notre force réside simultanément dans notre capacité à reconnaître les similitudes dans nos luttes respectives pour qu’elles puissent se propager et dans notre capacité à agir en solidarité pour que puissent se poursuivre les luttes de nos camarades incarcéré-es.

Nous rédigeons ce communiqué afin d’exprimer notre profonde solidarité et notre amour à nos ami-es et camarades Carlos, Amélie et Fallon. Bien que nous rédigions ceci dans un contexte différent, il est essentiel que notre solidarité porte également sur la lutte dans laquelle s’est inscrit cette action. Nos ami-es et camarades qui font face à des accusations font présentement l’expérience de l’intensité de la répression. Notre solidarité doit répondre à cette intensité par un respect pour la position dans laquelle il et elles se trouvent, de l’admiration pour leur force et une poursuite de la lutte au Canada, au Mexique et ailleurs.

Amour et liberté pour les trois camarades du 5e*,
Prisonniers et prisonnières dans la rue,
Pour la liberté et l’anarchie,

-- Des ami-es en lutte




Pour faire un don aux efforts de défense de nos camarades détenues au Mexique, veuillez émettre un chèque à l'ordre de:

Convergence des luttes anticapitalistes

Veuillez indiquer "Mexique" dans la ligne de mémo.

Et l'envoyer à l'adresse suivante :


CLAC-Montréal
c/o QPIRG Concordia
1455 de Maisonneuve O
Montréal, Quebec
H3G 1M8


Pour faire un don en argent comptant, vous pouvez visiter les bureaux du GRIP-CONCORDIA (1500 de Maisonneuve O., Montréal, suite 204) et donner l'argent directement à un membre du personnel, entre midi et 18h, du lundi au jeudi.

Vous pouvez également faire un don en ligne.

SOURCE: http://www.clac-montreal.net




Liens Relatifs




Temps : 0.0486 seconde(s)