Un journal purement révolutionnaire  
     Accueil    Download    Soumettre un article
  Se connecter 7 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.


  Posté le samedi 22 juin 2013 @ 16:21:33 by blackcat
Contributed by: blackcat
Depuis l'hiver dernier, un vent de révolte souffle sur toute l'Europe de l'Est. Les anciens membres du bloc soviétique tremblent tous ou presque devant les révoltes et rassemblements qui prennent vie un peu partout.

bulgarie

by Albert Richon

L'Europe de l'Est s'embrase

Récemment, c'est la Bulgarie qui connait un scénario des plus haletants : les manifestations de l'hiver ont eu raison du Premier Ministre qui avait convoqué des élections législatives anticipées. La colère des habitants, notamment à cause d'une hausse vertigineuse des prix de l'énergie, ne s'est pas traduite par une majorité claire et précise dans les urnes. Grâce à une coalition inédite composée du parti libéral lié à la minorité turque et le parti de centre-gauche, c'est Plamen Orecharski, ancien ministre des finances, qui a été nommé chef du gouvernement bulgare.

Malgré un programme ambitieux en vue de relancer l'économie, - proposant notamment l'augmentation de 50 % des allocations familiales, le doublement de l'allocation scolaire, une hausse du salaire minimum, des pensions de retraite, la suppression de l'impôt sur le revenu pour les salariés payés au salaire minimum et le renforcement du contrôle public du secteur de l'énergie -  ce pro-européen ne fait pas l'unanimité et les révoltes n'ont pas cessé depuis sa nomination, le 29 mai dernier.

Les Bulgares expriment la une colère que d'autres ont traduit par des agissements bien plus tragiques : depuis quelques mois, sept personnes se sont suicidés parce qu'ils n'en pouvaient plus, certains ayant laissé des mots pour exprimer leur dépit face à une situation de plus en plus invivable pour ce nouveau pays de l'UE. La fronde s'est constituée autour de la corruption extraordinaire qui gangrène le pays, dénoncée par une majorité de la population depuis des mois.

Ce qui a remis le feu aux poudres, c'est la nomination vendredi dernier du député Delyan Peevski à la tête de l'Agence de sécurité nationale. Ce dernier est accusé par la population d'être soumis à l'oligarchie et de ne posséder aucune expérience pour gérer ce type de mission. De plus, la constitution d'une richesse inexplicable et son influence dans des médias contrôlés par sa famille jettent l'opprobre sur les réelles motivations de ce député. Depuis presqu'une semaine donc, les manifestations se multiplient. Elles dénoncent également les mesures d'austérité que l'ex Premier-Ministre avait établies, renforçant par la même occasion une pauvreté déjà bien installée.


La Bulgarie n'est pas le seul Etat d'Europe de l'Est à connaitre pareil scenario : la Macédoine connait à son tour une mobilisation important afin de conserver un espace vert menacé par un projet d'urbanisme. Ces manifestations ont même d'ailleurs permis à des personnes issues de communautés différentes de se retrouver et de manifester ensemble, un phénomène suffisamment rare pour qu'il soit souligner. Bien que le cortège soit bien plus modeste qu'en Turquie, cette mobilisation n'est pas sans rappeler l'origine des manifestations sur la place Taskim.


Par ailleurs, la Serbie est elle aussi dans une situation quasi similaire, mais là, non pas à la Macédoine ou à la Turquie, mais plutôt à la Grèce ! Des mesures d'austérité ont été votées et validées par, bien évidemment, une coalition gouvernementale, afin d'éviter la « faillite » du pays. Le pays va donc privatiser de nombreuses entreprises comme pour suivre une mode qui, on le sait aujourd'hui, ne fait que renforcer la précarité.

Alors que bon nombre d'analyses nous permettent aujourd'hui de savoir que les plans d'austérité classiques comprenant privatisation et gel des salaires sont une absurdité, cette méthode est reprise là où le FMI et ses alliés fourrent leur nez, et à Belgrade, les mandarins de Washington ne sont pas très loin des décisions prises par ce triste gouvernement. En 2011, un milliard d'euro avait été prêté par l'instance internationale à ce petit pays des Balkans.

Si seulement quelques mouvements ont commencé à exister ci et là dans le pays, nul doute qu'avec de telles mesures, la fronde ne devrait pas tarder à se faire sentir.


Enfin, la Bosnie connait elle aussi une vague de protestation : vendredi, des familles ont ainsi occupé le Parlement afin de protester contre le refus des autorités nationales d'attribuer aux nouveau-nés un numéro d'identité ! Les députés du parlement tripartite n'arrivent pas à se mettre d'accord depuis février sur ce sujet et de fait, aucun papier ne peut être délivrés au nouveau-nés, ce qui, depuis quelques semaines a causé la mort de deux nourrissons qui auraient dû se faire opérer à l'étranger, mais qui faut de papiers d'identité n'ont pu obtenir de visa.

SOURCE: http://actualutte.com




Liens Relatifs




Temps : 0.0645 seconde(s)