Un journal purement révolutionnaire  
     Accueil    Download    Soumettre un article
  Se connecter 7 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.


  Posté le lundi 04 fvrier 2013 @ 14:10:48 by blackcat
Contributed by: blackcat
C'est bien connu, dans le système capitaliste c'est toujours les mêmes qui écopent. Quand les profits sont aux rendez-vous c'est les grandes entreprises (PDG, grands patrons, etc.) qui empochent et les travailleurs/travailleuses ne ramassent aucun bénéfice de leur dur labeur.

Le capitalisme frappe encore! L'exemple d'ArcelorMittal en Belgique

Reuters / Yves Herman

À l'inverse, quand les profits ne sont pas aussi élevés que désiré, c'est les ouvriers/ouvrières qui doivent en payer la note via des mises à pied, des coupes de salaires, la décentralisation d'entreprise et encore plus. Pendant ce temps, les grands patrons se donnent encore d'immenses salaires et des primes de « performance ». Dans cette ère de recherche du profit à tout prix, où l'argent est plus important que tout et que les humains sont devenus des pions qui permettent d'en obtenir plus, certaines personnes se lèvent contre ce système qui mène tout droit à l'auto-destruction. C'est le cas des employé-e-s de l'usine d'ArcelorMittal située à Liège, en Belgique. Le géant de l'acier a annoncé la fermeture à venir d'une partie de son site (7 lignes à froid sur 12), engendrant par le fait même la mise à pied de 1 300 personnes. C'est sans compter les 800 travailleurs/travailleuses qui se sont retrouvé-e-s sur le carreau après la fermeture des hauts fourneaux en octobre 2011 à l'usine de Liège.

Devant une telle impunité, les ouvriers/ouvrières ont décidé de ne pas attendre après le gouvernement pour faire plier ArcelorMittal et faire passer leurs revendications. Le 29 janvier dernier, une manifestation fut organisée. Elle devait se rendre au quartier général du gouvernement wallon situé à Namur dans le sud de la Belgique. Les travailleurs/travailleuses ont profité du moment pour faire comprendre qu'ils-elles ne se laisseront pas abattre. Des altercations ont éclaté entre les manifestant-e-s et la police. Le but est d'établir un réel rapport de force avec Mittal et le gouvernement. Leurs revendications sont la nationalisation de l'usine, le remboursement des aides publiques et le paiement de la facture environnementale. Évidement, nous ne pensons pas que la nationalisation soit la bonne chose à faire. Les travailleurs/travailleuses peuvent aussi bien expulser leurs patrons de l'usine et l'auto-gérer par eux et elles mêmes! Pourquoi faire la lutte puis attendre que l'institution (et ses appareils de coercition) historiquement liée au maintien de la propriété privé accorde aux travailleurs/travailleuses ce qui leur revient? La nationalisation ne va pas modifier le statut d'exploité des ouvriers/ouvrières de l'usine, mais seulement changer l'exploiteur par un autre.
 
Article du syndicat FGTB sur la situation de leurs travailleurs/travailleuses.
Vidéos de la manifestation : 

http://www.youtube.com/watch?v=Sg57S_KBE5A&feature=player_embedded

http://www.youtube.com/channel/UCVPKhzhCEpp3md72wDPl2Qg

Les travailleurs/travailleuses de chaque milieu de travail doivent s'unir contre les attaques du capital. Nous avons un système à abattre! 

Source: Collectif Emma Goldman

Alternative: http://oclibertaire.free.fr/spip.php?article1298



Liens Relatifs




Temps : 0.051 seconde(s)