Un journal purement révolutionnaire  
     Accueil    Download    Soumettre un article
  Se connecter 7 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.


  Posté le vendredi 04 novembre 2011 @ 15:50:13 by blackcat
Contributed by: blackcat
IRC, le passé et l'avenir de la discussion en ligne. Petite présentation d'un outil que le collectif d'animation de Rebellyon utilise quotidiennement depuis plusieurs années maintenant.


Présentation et tutoriel IRC


 Il permet d'échanger entre modères plus efficacement ou de s'entraider, d'accompagner des personnes qui arrivent, de rendre le temps passé derrière un ordinateur moins solitaire et laborieux, ou plus simplement d'échanger rapidement et en simultané avec des personnes basées dans des endroits différents, pendant des temps très courts (pas besoin de passer sa journée derrière l'ordi pour l'utiliser) ou plus longs. Voici une introduction à IRC et quelques conclusions de notre expérimentation collective.

Introduction : IRC c'est quoi ?
IRC est un pro­to­cole de mes­sa­ge­rie ins­tan­ta­née, plus vieux que le réseau Internet, dont l'acro­nyme signi­fie Instant Relay Chat (en fran­çais, « dis­cus­sion relayée par Internet »). Il permet de se connec­ter à des salons de dis­cus­sion, ou d'avoir des conver­sa­tions en privé (entre deux per­son­nes). Il est uti­lisé par de très nom­breux grou­pes dans le monde, des hackers aux mili­tant-e-s d'Indymedia, en pas­sant par les Anonymous ou beau­coup d'uti­li­sa­teurs et d'uti­li­sa­tri­ces de logi­ciels libres ainsi que leurs déve­lop­peurs-euses.

C'est un moyen très simple de se coor­don­ner et de dis­cu­ter en temps réel sur inter­net.
Le concept de « mes­sa­ge­rie ins­tan­ta­née » est main­te­nant lar­ge­ment repris par de nom­breux autres logi­ciels (MSN et autres) , mais IRC s'en démar­que sur de nom­breux points :

◦Pas besoin de se créer un compte pour se connecter. On précise juste un pseudo. Le pseudo n'est pas permanent, et il faut en préciser un à chaque connexion (sauf dans le cas d'une utilisation avancée).
◦Par défaut, on rejoint des espaces de discussion en groupe (salons). A partir de ces salons, on peut aussi avoir des conversations « privées » entre deux personnes.
◦Sécurisé : on peut utiliser une connexion chiffrée de type SSL ( http://fr.wikipedia.org/.../wiki/Secure_Sockets_...Layer ). On peut aussi protéger l'accès à un salon grâce à un mot de passe.
◦C'est un protocole simple à mettre en oeuvre et décentralisable : la création de serveurs « locaux » IRC est relativement facile. Ainsi, Indymedia possède son propre serveur IRC, irc.indymedia.org, qui héberge les canaux de discussion de dizaines de groupes locaux ou thématiques.
Pour une pré­sen­ta­tion plus longue d'IRC, voir la page Wikipedia ou http://sear­chirc.com/help/intro.php (en anglais)

Comment se connecter à un serveur IRC
Comme il s'agit d'un pro­to­cole libre et ouvert, il est pos­si­ble de se connec­ter à un salon de dis­cus­sion IRC (ou canal IRC) de plu­sieurs maniè­res, néces­si­tant ou non l'ins­tal­la­tion de logi­ciels spé­ci­fi­ques. Son appren­tis­sage est com­plè­te­ment pro­gres­sif, il est donc adapté à des per­son­nes mai­tri­sant très peu de choses en infor­ma­ti­que comme à des uti­li­sa­teurs et uti­li­sa­tri­ces confirmé-e-s.
On dis­tin­gue 5 prin­ci­pa­les maniè­res de se connec­ter à un ser­veur IRC et à des salons de dis­cus­sion, qui per­met­tent d'exé­cu­ter les mêmes fonc­tions, stan­dar­di­sées, selon son niveau de connais­sance. Ainsi donc, vous pouvez uti­li­ser :
un logi­ciel dédié. Ces der­niers sont très nom­breux, une liste assez exhaus­tive est dis­po­ni­ble sur Framasoft avec des infor­ma­tions sur chacun qui vous per­met­tront de choi­sir le plus adapté à votre ordi­na­teur ou à votre usage. Pidgin, recom­mandé par Framasoft, est effec­ti­ve­ment l'un des meilleurs.
une simple page web per­met­tant de se connec­ter à un ser­veur IRC précis, comme celle d'Indymedia : http://chat.indy­me­dia.org/
une simple page web per­met­tant de se connec­ter à n'importe quel ser­veur IRC (il suffit de pré­ci­ser lequel), comme celle de Mibbit : http://chat.mibbit.com/
une exten­sion (ou module com­plé­men­taire) de votre navi­ga­teur Internet, par exem­ple Chatzilla pour Mozilla Firefox (télé­char­gea­ble en toute sécu­rité ici : https://addons.mozilla.org/.../fr/fire­fox/addon/chat­zilla )
une inter­face en ligne de com­mande à tra­vers un ter­mi­nal et un « screen » (par exem­ple avec Putty sous Windows). [1]

De nom­breux tuto­riels tech­ni­ques sont dis­po­ni­bles sur inter­net. En voici quel­ques uns qui abor­dent les dif­fé­ren­tes maniè­res de se connec­ter :

◦Pas à pas avec Pidgin : [2]
◦Pas à pas avec Mibbit, une page web permettant de se connecter en sécurisé à n'importe quel serveur IRC. Lien à trouver.
◦Pas à pas avec Colloquy
◦Pas à pas avec Irssi :
Irssi est un client IRC essentiellement fait pour les systèmes GNU/linux (il existe tout de même une version pour windows). Ce client fonctionne en mode texte (ou mode console), c'est à dire qu'il n'a pas besoin d'un gestionnaire de fenêtre (comme KDE ou gnome par ex) pour s'exécuter. C'est un logiciel extrêmement complet, mais l'absence d'interface graphique rend son utilisation un peu moins intuitive pour les habituéEs du clic.
Comme toute application en mode texte, il peut être utilisé avec le logiciel screen. Screen est un logiciel qui permet de gérer en même temps plusieurs applications en mode texte.
Une des forces de irssi est de pouvoir l'utiliser sur une machine distante sécurisée avec le logiciel screen qui se chargera de maintenir la session irssi ouverte sur le serveur. On obtient ainsi une session permanente qu'il est facile de récupérer de manière sécurisée depuis n'importe quel ordinateur.
Quelques fonctions de base d'IRC
Les logi­ciels dédiés à IRC, comme Pidgin, per­met­tent d'exé­cu­ter ces fonc­tions sans avoir à connaî­tre une seule ligne de com­mande. Les pages web, spé­ci­fi­ques ou non à un ser­veur IRC, deman­dent de connaî­tre quel­ques syn­taxes très sim­ples et stan­dar­di­sées (uni­ver­sel­les) pour exé­cu­ter ces fonc­tions.

Les prin­ci­pa­les fonc­tions d'IRC sont les sui­van­tes :
choi­sir un pseudo ;
join­dre tel ou tel canal du ser­veur IRC auquel on est connecté ;
créer un nou­veau canal de dis­cus­sion (de manière tem­po­raire ou per­ma­nente) ;
parler en privé à n'importe quelle per­sonne pré­sent-e sur ce ser­veur.

Si vous choi­sis­sez d'uti­li­ser la page d'Indymedia pour vous connec­ter à un canal IRC, voici celles dont vous aurez besoin. Toutes les fonc­tions doi­vent être pré­cé­dées d'un slash ou barre obli­que (« / ») :
/nick « lep­seu­do­que­je­choi­sis » permet de choi­sir son pseudo appa­rent (« nick » signi­fiant « prénom » en anglais). Si le même pseudo existe déjà sur le ser­veur, il faudra en choi­sir un autre, par exem­ple en rajou­tant un asté­ris­que ou un numéro à la suite du pseudo. Ex : « /nick robert* » ou « /nick robert21 » (n'indi­quez pas for­cé­ment votre dépar­te­ment de rési­dence ou votre année de nais­sance !). Il faut ensuite taper sur la touche entrée pour envoyer la requête au ser­veur.
/join #le­nom­du­ca­nal­de­mes­po­tes permet de rejoin­dre le canal uti­lisé par mes ami-e-s, ou de le créer s'il n'existe pas encore, par exem­ple : /join #in­dy­me­dia­lille permet de rejoin­dre le canal de dis­cus­sion uti­lisé par les gentes d'Indymedia Lille.
/query ou /msg suivi du pseudo de la per­sonne à qui je veux parler en privé permet de lui envoyer un mes­sage invi­si­ble du reste des per­son­nes connec­tées (sans avoir à ouvrir de page de dis­cus­sion privée).

Les logi­ciels dédiés à IRC per­met­tent de faire les mêmes opé­ra­tions à tra­vers une inter­face gra­phi­que intui­tive. Par exem­ple pour dis­cu­ter en privé avec une per­sonne, il suffit de double-cli­quer sur son pseudo pour faire appa­raî­tre une nou­velle fenê­tre de dis­cus­sion, spé­ci­fi­que aux deux uti­li­sa­teurs-trices.

Comment se (faire) comprendre avec un clavier
Les com­mu­ni­ca­tions inter­per­son­nel­les chacun-e der­rière son écran sont par­fois source d'ambi­guï­tés et de malen­ten­dus. Aussi, il existe une pano­plie de smi­leys (aussi appe­lés emo­ti­cô­nes) qui per­met­tent de tra­duire l'état d'esprit dans lequel on se trouve. http://fr.wiki­pe­dia.org/.../wiki/%C3%89mo­tic%C3%...B4ne
Avec ces petits signes, vos cor­res­pon­dant-es sau­ront si leurs écrits vous par­lent, vous amu­sent, étonnent, énervent, etc ! Il faut être cons­cient-e qu'il peut arri­ver d'être en désac­cord avec les autres par­ti­ci­pant-es. Aussi, lorsqu'un débat s'engage et que vous sentez poin­dre en vous un peu trop d'agres­si­vité, res­pi­rez un bon coup et/ou allez pren­dre l'air en écrivant aupa­ra­vant que vous avez quel­que chose de très urgent à faire (exem­ples : ma soupe déborde, mes col­lè­gues de tra­vail ont remar­qué quel­que chose d'anor­mal, bébé pleure...). Si vous quit­tez le salon de manière abrupte pen­dant une dis­cus­sion mou­ve­men­tée, on appelle ça un « rage­quit » [3], ce qui équivaut à un « vous me faites chier, je me tire ». Cela dit, il est fré­quent de par­ta­ger de bons moments, si si, même avec un cla­vier !

IRC et la sécurité
Si vous sou­hai­tez avoir des dis­cus­sions sécu­ri­sées, quel­ques notions à avoir :
les admi­nis­tra­teurs-trices de ser­veur IRC peu­vent avoir accès aux échanges de n'importe quel canal IRC, qu'il ait un mot de passe d'accès ou pas. En consé­quence, il faut pri­vi­lé­gier des ser­veurs sécu­ri­sés (dis­ques cryp­tés par exem­ple) et héber­gés par des per­son­nes de confiance ou se noyer dans la masse d'énormes ser­veurs IRC (mais c'est moins fiable) comme free­node.
si vous n'uti­li­sez pas de connexion sécu­ri­sée (en SSL, l'équivalent du HTTPS pour un site web), il est pos­si­ble que ce que vous échangiez soit écouté. Si une seule per­sonne sur le canal n'est pas en SSL, ce sont toutes les dis­cus­sions du canal qui res­tent écoutables. Il est facile de confi­gu­rer un canal pour qu'il ne soit rejoi­gna­ble qu'en SSL, pour éviter les oublis par exem­ple.
si vous uti­li­sez régu­liè­re­ment IRC pour dis­cu­ter, il peut être per­ti­nent d'enre­gis­trer votre pseudo sur le ser­veur. Pour uti­li­ser votre pseudo il faudra alors ren­trer un mot de passe que vous aurez indi­qué lors de l'enre­gis­tre­ment.

Quelques critiques d'IRC
Comme toute dis­cus­sion vir­tuelle (par mail ou par forum également), IRC peut être pro­pice à engueu­lade, incom­pré­hen­sion, à avoir des com­por­te­ments qu'on n'aurait jamais en face à face.
A l'inverse, le fait d'avoir des potes avec qui dis­cu­ter peut vite être chro­no­phage : si on suit un canal fré­quenté assi­dû­ment, il peut être ten­tant de passer des heures à dis­cu­ter, de tout et de rien. C'est effec­ti­ve­ment un moyen assez décontracté d'échanger, pro­pice aux bla­gues, aux digres­sions, aux conver­sa­tions sans fin. Pour éviter de tomber trop accro, ne pas oublier la fina­lité annon­cée du canal peut être un bon remède (il faut donc que tout le monde soit à peu près clair-e sur sur ses atten­tes). Et sortir boire un verre avec des potes est sou­vent beau­coup plus riche qu'une soirée seul-e devant un ordi.
IRC est aussi un moteur de déconcen­tra­tion for­mi­da­ble quand on fait quel­que chose sur ordi­na­teur tout en ayant des gens qui nous inter­pel­lent.
Enfin, pour un col­lec­tif, il faut faire atten­tion à ne pas pren­dre des déci­sions en petit comité, alors que tous ses mem­bres ne se connec­tent pas à IRC par exem­ple. Cela peut créer une dyna­mi­que de groupe à deux vites­ses, ren­for­cer les dif­fé­ren­ces d'impli­ca­tion et de par­ti­ci­pa­tion aux déci­sions.

Quel intérêt alors pour un collectif, dans quels cas utiliser IRC ?
IRC n'est pas adapté aux dis­cus­sions polé­mi­ques ni aux gran­des prises de déci­sions. Les mails sont un peu plus adap­tés aux ques­tions de fond et aux débats argu­men­tés. L'idéal reste d'orga­ni­ser des réu­nions phy­si­ques [4].
IRC est inté­res­sant pour des dis­cus­sions ou un tra­vail simul­tané sur des sujets précis, ne pré­sen­tant pas d'enjeux majeurs et/ou pour s'entrai­der en temps réel alors qu'on ne peut pas se voir phy­si­que­ment.
Entre deux réu­nions, pour tra­vailler ensem­ble, en même temps et à dis­tance, IRC est très pra­ti­que pour un col­lec­tif mili­tant qui doit réa­li­ser des choses sur ordi­na­teur (texte, site inter­net, etc.).
C'est sur­tout très moti­vant de pou­voir se coor­don­ner faci­le­ment, et ça favo­rise l'impli­ca­tion dans le col­lec­tif, notam­ment dans le cas de l'accueil de nou­vel­les per­son­nes.

Quelques trucs et astuces
pour navi­guer entre plu­sieurs fenê­tres irc :

◦esc + numéro de la fenêtre
◦alt + flèche droite ou gauche
D'autres tutoriels à propos d'IRC :
http://www.hyjoo.com/sujet-6732.html
http://nouyoju.free.fr/TutoIRC/
http://www.irchelp.org/.../irchelp/irc­tu­to­rial.html
http://fr.wiki­pe­dia.org/wiki/IRC
http://en.wiki­pe­dia.org/wiki/IRC
http://www.tldp.org/HOWTO/IRC/
le plus com­plet : http://sear­chirc.com/help/

Pour aller plus loin :
Liste des com­man­des uti­li­sa­bles sur le ser­veur IRC d'Indymedia :

◦http://www.astucesinternet.com/.../modules/news/article.php ?...storyid=41◦http://docs.dal.net/docs/modes.html#2.19
Notes
[1] Une connexion à travers un « shell » permet de rester connecté-e en permanence, et de pouvoir lire les discussions qui ont eu lieu en son absence, ou de retrouver sa connexion depuis n'importe quel ordinateur (voire de son smartphone sur Androïd). Si vous avez un-e pote geek qui a un serveur allumé en permanence, cela vaut le coup de lui demander de vous montrer et qu'elle vous configure une connexion SSH, c'est simple, très efficace et peu complexe. Pas besoin non plus pour cela d'avoir 5 heures à passer par jour sur l'ordinateur, ce n'est pas réservé aux fous et folles de l'écran.

[2]

Pas à pas avec Pidgin
Pidgin se télécharge ici pour un PC sous Windows : http://www.pidgin.im/download/windows/
Il faut installer le programme puis le démarrer.
Ensuite, cliquer sur « Gérer les comptes » dans l'onglet « Comptes » puis cliquer sur « Ajouter ».
Dans les « Options de connexion », il faut sélectionner le type de protocole qui nous intéresse : IRC.
Dès lors, il suffit d'écrire dans le champ « Serveur » le nom du serveur qu'il s'agit de rejoindre (en l'occurrence irc.indymedia.org).
Dans le champ « Utilisateur », il ne reste qu'à rentrer le pseudonyme que l'on souhaite utiliser.
Plus rien à faire pour l'instant, sinon cliquer sur « Enregistrer ».
Dès lors le voyant « Disponible » doit apparaitre sur la fenêtre principale. Il ne reste donc plus qu'à rejoindre un canal IRC. Pour ce faire, cliquer sur l'onglet « Contacts » puis « Rejoindre une discussion ».
Ensuite, il faut indiquer le nom du canal à rejoindre dans le champ « Salon », le nom du canal étant toujours précédé d'un symbole dièse (« # ») : #lecanaldemespotes par exemple.
Une fenêtre de discussion apparaît alors. Elle est divisée en 4 parties : la principale est celle des traces de la discussion proprement dite, un panneau qui liste les personnes présentes sur le canal, un champ qui permet de rentrer le texte pour discuter et des onglets permettant de passer d'une discussion à une autre, privée avec une autre personne ou collective dans un salon.

[3] L'expression vient du monde des jeux vidéo et désigne le fait de quitter une partie sous le coup de la colère ou de la frustration

[4] Même si celles-ci sont parfois aussi sujettes à disputes et/ou peuvent favoriser l'expression des seules « grandes gueules ». Cela est un autre souci qu'on n'abordera pas dans ce tutoriel.

Source: http://networkedblogs.com/pt3Aa




Liens Relatifs




Temps : 0.0872 seconde(s)