Un journal purement révolutionnaire  
     Accueil    Download    Soumettre un article
  Se connecter 3 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.


  Posté le mardi 16 aot 2011 @ 18:26:21 by blackcat
Contributed by: blackcat
En fin de semaine dernière, Google confirmait ce dont beaucoup se doutaient : conformément au Patriot Act, l’entreprise fournirait des données sur ses utilisateurs aux autorités américaines.

Le Patriot Act menace tous les internautes !

Tout le monde est suspect

Suite aux attentats du 11 septembre 2001, le gouvernement américain fait passer une loi d’exception : le Patriot Act. Il s’agit de surfer sur la terreur qui gagnait le pays pour renforcer le pouvoir de l’armée, de la NSA, du FBI et de la CIA.

L’argument de la menace terroriste n’a pas seulement justifié les interventions armées à l’extérieur du pays. En effet, cela a également servi de prétexte à un renforcement significatif des pratiques de surveillance à l’intérieur des frontières étasuniennes. Afin de maîtriser un potentiel ennemi intérieur, les pratiques d’écoute et de perquisition de données concernant les citoyens américains se sont amplifiées au détriment des condations d’organisations de défense des droits de l’Homme.

Microsoft, Google et tous les autres

C’est Gordon Frazer, le directeur général de Microsoft qui nous a confirmé fin juin que Microsoft, en tant qu’entreprise américaine, est soumise à cette loi et s’aquite donc de ses obligations de renseignement. Cette nouvelle n’est pas sans conséquences lorsque l’on connait la taille de l’empire monté par Bill Gates. La quasi totalité des possesseurs d’ordinateur sont donc concernés (Windows occupe une part de marché d’environ 90%).

C’est suite à cette « révélation » que Google a également confirmé qu’elle était dans le même cas. Le moteur de recherche de la firme de Mountain View est lui aussi utilisé par presque tous les internautes dans le monde. L’implantation dans le monde de la téléphonie mobile par le biais du système d’exploitation Android (majoritaire) et le rachat aujourd’hui de Motorola Mobile étend un peu plus l’emprise de Google sur nos pratiques numériques.

Oui mais nous ne sommes pas aux États-unis !

Certes, mais le point le plus inquiétant de ces révélations est que le Patriot Act concerne également les entreprises américaines implantées à l’étranger ! Comme c’est le cas pour Google… Avec ses 900 000 serveurs estimés qui parsèment le monde, l’entreprise est donc susceptible de fournir des informations au gouvernement américain sur des milliards de personnes.

Par extension, tous les sites qui utilisent le service de statistiques de fréquentation de sites, Google Analytics, y sont également soumis (soit une majorité là aussi). Plutôt glaçant !

Plus encore, le Patriot Act concerne toutes les autres entreprises américaines et donc tous les sites et services hébergés aux États-Unis ou par des américains. Alors que se développe également le phénomène du cloud computing (stockage de données en ligne), je vous laisse apprécier l’étendue des dégâts !

Surprise ?

Pas tellement en réalité. Le programme Échelon monté notamment par la NSA était déjà connu ainsi que les tentatives de surveillance de la population mondiale par les agences de renseignement américaines.

No future ?

On pourrait se dire qu’il n’y a rien à faire contre de telles puissances. Que Google, Microsoft, Facebook, Apple et tous les autres sont déjà partout. Même s’il n’y a probablement pas de solution clé en main pour se prémunir contre ces graves atteintes à la vie privée et aux droits de l’Homme, il serait probablement salutaire de s’approprier les nombreuses alternatives disponibles et de développer d’autres pratiques numériques, plus respectueuses de nos droits fondamentaux.

Source : Révolte Numérique (Pour l’autodéfense numérique)




Liens Relatifs




Temps : 0.0787 seconde(s)