Un journal purement révolutionnaire  
     Accueil    Download    Soumettre un article
  Se connecter 8 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.


  Posté le jeudi 16 juin 2011 @ 13:04:38 by blackcat
Contributed by: blackcat
¨Présentation d’un livre récemment publié.¨ La Commune de Paris a déjà fait l’objet de centaines de livres. Quelle est donc la pertinence de ce nouveau livre sur cet événement qui a déjà tant fait couler d’encre? D’un même événement, peuvent être tirées des conclusions bien différentes voire totalement opposées.


Présentation d’un livre récemment publié sur les
 
RÉVOLUTION ET CONTRE-RÉVOLUTION
A PARIS EN 1870-1871
 
 
 Tout est affaire de point de vue et tout point de vue est nécessairement un point de vue de classe. Et c’est cela qui détermine la direction que prend une analyse.
Ce livre a reconsidéré les événements en se situant résolument du point de vue prolétarien. Mais tout en étant clair quant à ce parti pris, reste encore à discerner où, dans le mouvement d’affrontement des classes, se situe précisément la frontière de classe; discerner ce qui a fait la force du prolétariat de ce qui concourait à sa perte, en quoi il s’affirmait comme classe autonome des forces bourgeoises et en quoi il s’est fait prendre au piège des alternatives bourgeoises. En ce sens, ce livre tranche sur bien d’autres écrits sur la Commune de Paris.
Un des traits essentiels de ce livre est qu’il fait la différence entre la mobilisation prolétarienne culminant avec l’insurrection du 18 mars et le gouvernement de la Commune qui a tout fait pour endiguer ce mouvement insurrectionnel et en dernière instance le livrer au massacre mené par Thiers et sa clique.
D’une manière générale, les livres sur la Commune de Paris font l’apologie de la Commune, sans discernement, et ne voient la contre-révolution que dans les forces bourgeoises regroupées derrière l’état-major de Thiers. Ils fustigent le massacre de la semaine sanglante sans voir que ce massacre n’était possible sans le concours de la fraction républicaine en place dans Paris même. Ils placent l’affrontement entre Paris et Versailles alors que la frontière de classe traverse Paris même entre le prolétariat en armes et le gouvernement de la Commune.
C’est pourquoi, dès le début, le livre précise que sous le vocable la Commune, deux contenus différents s'affrontent: la Commune comme soulèvement révolutionnaire, et la Commune comme gouvernement de Paris. Pour nous en sortir sur le plan terminologique, nous utilisons la Commune lorsque nous nous référons au mouvement révolutionnaire et le gouvernement de la Commune lorsque nous parlons de la réorganisation de l'Etat sous la forme républicaine à Paris.
 
*******
 
Pourquoi ce livre sur la Commune de Paris ?
Parce que cet épisode de notre histoire fut un saut de qualité dans l’affirmation de la communauté humaine contre la terreur imposée par le capitalisme.
Ce fut une insurrection prolétarienne, un moment de rupture de la norme établie par la domination capitaliste, un coup d’arrêt à la guerre permanente que livre la bourgeoisie contre le prolétariat.
Ce fut un de ces moments où la classe exploitée sort de son abîme pour exprimer sa vitalité révolutionnaire, sa force d’ébranlement du monde qui l’emprisonne et brise la logique d’accumulation de marchandises, de réalisation de profit, de valorisation du capital. 
Dans ces moments, tout vole en éclats, l’étau qui nous enserre à l’établi du travail, les casernes qui nous font marcher à la guerre, le salaire qui nous enchaîne à la pauvreté, la propriété qui nous prive des moyens de vie, le capital qui nous détruit toujours plus profondément.
L’association s’impose contre la concurrence et les séparations qu’entretient le capital pour assurer sa domination. De tout lieu d’enchaînement au travail ou d’encasernement, les prolétaires sortent, se réunissent, discutent de comment organiser la lutte, se défaire du joug du salaire, imposer leurs besoins, organiser l’insurrection.
Le monde bourgeois qui s’est hissé sur les guerres de rapine, l’accaparement de toutes les richesses du monde, l’expropriation générale, l’exclusion, la mise en esclavage, le salariat,.... vacille! Les bourgeois bouffis d’or et imbus de leurs privilèges pâlissent de peur. Leur position de classe dominante est menacée !
 
Aujourd’hui dans le monde, renaissent des luttes qui posent, dans les faits, cette nécessité de donner un saut de qualité à l’affrontement contre la domination capitaliste. Les mouvements qui s’expriment aujourd’hui de l’Algérie à l’Irak, en passant par la Tunisie, la Libye, l’Egypte, le Yémen, le Bahreïn, la Jordanie,… sont des mouvements puissants bien que le danger est d’en rester à une énième réforme politique, un énième changement de personnel à la tête de l’Etat,… qui ne fera que perpétuer la domination capitaliste et aggraver la situation de guerre et de misère. Contre ce danger s’impose la nécessité de comprendre ces mouvements comme des expressions du mouvement d’abolition et non de réforme de l’ordre existant. Non comme des mouvements égyptien, tunisien ou libyen,… mais comme des mouvements d’une seule et même classe cherchant mondialement à abattre cet Etat qui a imposé depuis des siècles la dictature du capital à l’ensemble de la planète.
Contrairement à ce qui est répandu dans les médias, il ne s’agit pas d’une explosion «spontanée» dans le sens qu’elle n’aurait ni passé ni antécédents et qu’elle n’aurait aucunement été préparée, organisée. Si nous revenons un peu en arrière :
-    les révoltes dans le bassin minier de Gafsa en Tunisie, en 2008,
-    les nombreuses grèves entre autres dans l’industrie textile, en Egypte, en 2010,
-    les vagues d’émeutes en Algérie, en 1988, 2001 et régulièrement jusqu’à aujourd’hui,
montrent que ce qui se passe dans cette région du monde est le fruit de multiples poussées de lutte ayant connu des moments d’avancée, de recul, de redémarrage. Et  alors que nous écrivons cette présentation, les affrontements se poursuivent.
Par ailleurs, cette dernière décennie a été marquée par d’autres luttes de grande ampleur : Argentine (2001), Algérie (2001), Bolivie (2003), Oaxaca (2006), Bangladesh (2006-2010), Grèce (2008), Guadeloupe (2009), Thaïlande (2010),… Chine, Pérou, Equateur,… ainsi que les « émeutes de la faim » dans plus d’une trentaine de pays, début 2008. 
Tous ces mouvements ont en commun d’avoir été précédés par toute une série d’affrontements qui ont permis de renouer avec les habitudes de lutte : rétablir les liens d’entraide, reconstruire des réseaux de solidarité, réinstaller des lieux de discussion, redéfinir les moyens et les objectifs de la lutte,… remémorer les expériences passées, se mettre d’accord sur les leçons à en tirer,… autant de facteurs de maturation et d’aguerrissement.
Et il aura suffi d’une confrontation supplémentaire à l'intransigeance de l'Etat, d’une nouvelle augmentation des prix ou restriction salariale, d’un camarade tombé sous les balles ou la torture,… pour que la révolte explose, d'autant plus forte et déterminée qu'auparavant il y aura eu tout ce renouveau d'association et d’organisation prolétarienne.
À la différence des explosions sociales qui ont marqué les années 1980 et le début des années 1990 et qui retombaient aussi brusquement qu’elles avaient surgi, il semble qu’aujourd’hui elles perdurent et laissent des traces sous forme de réseaux de discussion, de bilans qui circulent, d’une volonté de ne plus se laisser abattre aussi facilement et de voir à plus long terme.
 
De ce foisonnement jaillissent aussi des discussions passionnées et passionnantes parmi les militants révolutionnaires interpellés par le développement de toutes ces luttes dont eux-mêmes font partie et sont l’expression. Quel développement donner aux luttes? L’insurrection est-elle un passage obligé? Le prolétariat pourrait-il faire l’économie de l’insurrection? Ces questions et les débats qu’elles suscitent sont l’expression de ces multiples luttes qui, partant des besoins humains, se heurtent inévitablement à l’Etat. Mais le fait que l’insurrection ne s’impose pas comme une évidence est aussi l’expression de la rupture qui s’est opérée entre les expériences actuelles et les expériences plus anciennes (telle celle de la Commune de 1870-71 à Paris) dont la trace et la mémoire ont généralement été perdues.
La question centrale : Comment nous organiser contre l’Etat pour en finir une bonne fois pour toute avec la guerre permanente de la bourgeoisie contre le prolétariat ? n’est pas nouvelle. Toute lutte conséquente s’y est trouvée confrontée. Les générations de prolétaires qui ont vécu ces affrontements et ont été impliquées dans les efforts pour donner un saut de qualité à ces mouvements insurrectionnels nous ont laissé de précieux enseignements qu’il est important de se réapproprier. L’ignorance fait la force de la domination bourgeoise. La discontinuité dans la transmission de la mémoire des luttes passées est une lacune dans laquelle s’engouffre les forces social-démocrates pour détruire nos luttes. Il y va de notre responsabilité. Ce débat n’est pas intellectuel, c’est une question qui se pose concrètement dans les luttes. Il nous faut parler de cette responsabilité.
Certains s’y refusent. Ils font l’apologie d’une sorte de pure «spontanéité» du prolétariat que les militants, par leurs présence et activité, viendraient corrompre ou détourner de ses objectifs ! Le point de départ de cette attitude est l’extériorité par rapport au mouvement de lutte, le fait de ne pas se sentir partie prenante, de ne pas se vivre comme expression du mouvement. Plus fondamentalement, il s’agit du poison démocratique qui, au nom de l’égalitarisme et de l’anti-autoritarisme, culpabilise et met au pilori ceux qui osent prendre des initiatives, mus par une plus grande clarté, nourris des leçons des luttes passées,… et surtout ceux qui s’associent pour faire de tous ces éléments une force contribuant aux sauts de qualité dans le développement d’une lutte. Il est temps de rompre avec ces séparations. Faire un avec l’ensemble des expressions du prolétariat aujourd’hui est crucial. Les divisions dans nos rangs sont l’atout majeur de la domination bourgeoise. Il est temps de dépasser ces attitudes antithétiques, cette extériorité, et de renouer avec le besoin d’organisation, de responsabilisation militante, de développer la critique de ce monde et de la porter consciemment et volontairement afin que les élans d’abolition de l’ordre capitaliste soient toujours plus incisifs et puissants.
 
Concernant l’insurrection du 18 mars 1871 à Paris, beaucoup d’historiens ont, là aussi, prétendu qu’il s’agissait d’une insurrection «spontanée» dans le sens qu’elle ne serait pas le fruit d’une maturation. Rien n’est plus faux. Il y eut des émeutes en mai, juin 1869 et mai 1870 et une tentative insurrectionnelle en février 1870. D’août 1870 à mars 1871, il y eut plusieurs assauts insurrectionnels, vastes mouvements où de nombreux prolétaires –femmes, hommes, enfants– déferlèrent dans les rues, s’opposèrent aux soldats et montèrent des barricades. Parmi eux, des révolutionnaires ayant tiré des leçons des expériences passées –1793, 1830, 1848–  s’étaient organisés en vue de l’insurrection. Nous verrons qu’ils sont très vite à l’œuvre pour donner un saut de qualité à ce superbe élan. À y regarder de plus près, nous voyons bien qu’il n’y a pas de séparation entre les uns et les autres. Le texte qui suit s’en veut être la démonstration pratique.
Certains révolutionnaires ont su agir avec intelligence, clarté et autorité, percevant que l’imposition de la Commune était une nécessité pour résoudre les graves problèmes posés par la misère et la poursuite d’une guerre exterminatrice. Pas tous. Pas toujours. À certains moments, des militants solides ont témoigné de graves inconséquences, d’un esprit totalement a-critique et de complicités inconscientes avec des idéologies nationalistes, communalistes, politicistes ou autres. Et c’est tragique, car dans ces moments décisifs, le rapport de force étant sur le point de basculer, de telles inconséquences ont, pour de longues années, rendu l’initiative à l’Etat.
 
Lors de la Commune de Paris comme aujourd’hui dans les mouvements de lutte en Tunisie, Egypte, Libye,… l’Etat met en avant une formule de rechange plus moderne, républicaine, pluripartiste, … L’accent est mis sur le départ de la fraction bourgeoise à la tête de l'Etat qui est jugée unique responsable de la misère et de la répression.
 
«Là où il existe des partis politiques, chacun voit la cause de tout mal dans le fait que son adversaire est au gouvernail de l’Etat, et non pas lui. Même les politiciens radicaux et révolutionnaires cherchent la cause du mal non dans la nature de l’Etat, mais dans une forme spécifique de l’Etat qu’ils veulent remplacer par une autre forme d’Etat »
Karl Marx
Gloses critiques en marge de l’article «le roi de Prusse et la réforme sociale, par un Prussien».
 
Tant que le prolétariat accordera quelque crédit à ces formules de remplacement, il restera toujours l’objet de la dictature du profit. Une forme de domination change et c’est l’opportunité pour la bourgeoisie de moderniser l’exploitation de la force de travail. Si le prolétariat adhère à ce changement de forme, c’est pour la bourgeoisie un répit, une paix sociale assurée… jusqu’à nouvelle ébullition.
Mais ce que tous ces mouvements ont aussi en commun c’est que, prenant pour cible toute une série d’institutions étatiques –commissariats, palais de justice, parlement, sièges de partis, bureaux de vote, prisons, banques, grands magasins, commerces de luxe,…– ils expriment un rejet implicite de la globalité du système capitaliste.
« Que se vayan todos » (qu’ils s’en aillent tous) mot de ralliement retentissant en Argentine en novembre 2001 exprime un certain épuisement des formules de changements gouvernementaux. La marge de manœuvre des différentes fractions bourgeoises est de plus en plus réduite. Une fois à la tête de l’Etat, elles s'usent d'autant plus vite et peuvent laisser l’Etat mondial du capital devant un gouffre: plus aucune solution de rechange ne fonctionnera. C’est dans ces moments particuliers que nous devrons être à la hauteur du défi lancé au monde de l’argent, de la propriété: contribuer à sa destruction définitive et à l’élaboration d’un autre monde sans Etat, sans capital, sans classe ni exploitation.
 
 
 
Le livre peut être obtenu en écrivant à l’adresse suivante:
descommunards@yahoo.fr



Liens Relatifs




Temps : 0.0776 seconde(s)