Un journal purement révolutionnaire  
     Accueil    Download    Soumettre un article
  Se connecter 5 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.


  Posté le dimanche 28 janvier 2007 @ 11:43:42 by AnarchOi
Contributed by: Anonyme
Activisme

Jeudi le 8 FÉVRIER à 19h30

CAFÉ l’exode

Cegep du Vieux-Montréal, 225, Ontario est, Montréal

Métro Berri-UQAM

PUTAIN D’USINE

Un film de Rémy Ricordeau

D’après le livre de JEAN-Pierre LEVARAY – éditions l’Insomniaque/ réédition Éditions Agone, 2005.



Un film qui parle de la misère ouvrière, du salariat, de l’ennui des tâches répétitives, du rituel syndical. Un point de vue libertaire sur le travail salarié, sur ses conséquences sociales et familiales, l’évocation du désenchantement, de la dépression.

Mais aussi la possibilité de dire non.

« Tous les jours pareils. J’arrive au boulot et ça me tombe dessus, comme une vague de désespoir, comme un suicide, comme une petite mort, comme la brûlure de la balle sur la tempe. Un travail trop connu, une salle de contrôle écrasée sous les néons – et des collègues que, certains jours, on n’a pas envie de retrouver. On fait avec, mais on ne s’habitue pas. On en arrive même à souhaiter que la boîte ferme. Oui, qu’elle délocalise, qu’elle restructure, qu’elle augmente sa productivité, qu’elle baisse ses coûts fixes. Arrêter, quoi. Qu’il n’y ait plus ce travail, qu’on soit libres. Libres, mais avec d’autres soucis.
Personne ne parle de ce malaise qui touche les ouvriers qui ont dépassé la quarantaine et qui ne sont plus motivés par un travail trop longtemps subi. Qu’il a fallu garder parce qu’il y avait la crise, le chômage. Une garantie pour pouvoir continuer de consommer à défaut de vivre.
On a remplacé l’équipe d’après-midi, bienheureuse de quitter l’atelier. C’est notre tour, maintenant, pour huit heures. On est installés, dans le réfectoire, autour des tasses de café. Les cuillères tournent mollement, on a tous le même état d’esprit et aussi, déjà, la fatigue devant cette nuit qui va être longue. »

« Dire non, c’est jubilatoire. C’est une façon de retrouver un peu de soi-même, un peu de la fierté qu’on a perdue en acceptant le salariat. Comme si, pour quelques jours, on prenait nos vies en main. »

Durée : 52 mn.

Le film sera suivi d’un débat

Contact : titusdenfer666@yahoo.fr




Liens Relatifs




Temps : 0.0588 seconde(s)